bienvenue sur le site de l'asbl Jeune Et Citoyen banniere centre participation et citoyenneté logo asbl jec
  Reveir à l'accueil
Accueil / à l'asbl JEC ?

à l'asbl JEC

Projection Sami Blood

moton981-8be27Années 30. Elle Marja, 14 ans, est une jeune sami exposée à la ségrégation dans son école. Elle rêve d'une autre vie. Mais pour cela, elle doit devenir quelqu'un d'autre et rompre avec sa famille ainsi que sa culture. Dans ce premier long-métrage, Amanda Kernell nous parle de courage, d'aventure, de liberté et de quête d'identité.

 

Nous organisons une projection vendredi 9 mars du film Sami Blood dans le cadre du festival A films ouverts.

 afo-banner fb-event

Elle sera suivie d'une discussion sur le film et d'un bar-buffet proposé par le CollectActif.


C'est gratuit et ça se passe chez nos partenaires de l'Allée du Kaai.

 

Inscris-toi sur la page Facebook de l'événement.

 

Le film

Un drame réalisé par Amanda Kernell en 2016 (Suède, Danemark, Norvège).

Il dure 110 minutes.

 

De nouvelles énergies

De nouvelles têtes sont apparues dans les bureaux de JEC.

 

Julien est notre nouveau "collègue PEE" et Charlie notre stagiaire en psycho de l'éducation.

 

Tous deux se sont prêtés à l'exercice de se présenter à vous :-)

 

Lire la suite...

Bonne année 2018

Jeune Et Citoyen vous souhaite une merveilleuse année 2018 !

 

Des élections sans candidats

Se choisir des représentants sans candidature...

La démocratie est souvent synonyme de représentants, donc d'élections, c'est-à-dire de choix parmi des candidats déclarés...

Or, les formes d'une démocratie peuvent être très différentes, de la démocratie directe à la démocratie représentative.

Même en termes de démocratie représentative, il existe différentes modalités de sélection de nos représentants: élections avec ou sans candidats, tirage au sort, tournante, consensus...

 

Des délégués de classe élus sans candidatelections

Dans l'idée d'explorer d'autres voies démocratiques, nous avons accompagné deux écoles (l'une en primaire, l'autre en secondaire) dans un processus d'élections sans candidat.

Ce choix audacieux nous a permis d'expérimenter une autre approche des élections: centrées sur la fonction plutôt que sur des personnes.

 

Cela implique bien sûr une démarche différente.

Avec les classes, nous avons mené de manière ludique, en amont des élections, une réflexion sur le rôle d'un représentant (délégué de classe).

Nous avons travaillé sur la dynamique du groupe-classe. Les élèves, pour préparer leurs votes, ont eu l'opportunité de mieux se connaître, de découvrir les qualités de leurs camarades et de distinguer les qualités d'un copain ou d'une copine de celles d'un représentant.

 

Une tentative pour éviter certains écueils des élections

Cette approche, si elle implique des contraintes (temporelles notamment) comporte des avantages de poids.

 

  • La fonction avant la personne

Elle permet de se focaliser sur la fonction plus que sur les personnes.

En effet, les candidatures, et les campagnes (formelles ou plus officieuses) qu'elles supposent, mettent souvent l'accent sur des personnes (davantage que sur des programmes).

Avec le risque d'élire l'élève le plus populaire, celui ou celle qui a les meilleures notes, qui parle le plus fort, etc.

 

  • Le dialogue ou la compétition ?

Les élections peuvent vite être vécues par leurs participants (candidats ou électeurs) comme des moments de compétition avec un gagnant et des perdants.

Prendre le temps de réfléchir collectivement au rôle de représentant instaure plus volontiers un dialogue sur les atouts de chacun pour occuper un tel poste. Le choix se rapproche plus d'une forme de concertation...

Cela peut même révéler des "candidatures" inattendues au sein du groupe!

 

Cette manière de faire favorise aussi une dynamique collective en mettant en lumière les compétences que chacun peut mettre au service du groupe et le rôle qu'il peut y prendre.

 

  • Développer l'esprit critique

Enfin, la démarche pousse à porter un regard critique sur le fonctionnement même des élections, sur le rôle de représentant, sur les critères (individuels et collectifs) de choix de vote...

 

Envie d'expérimenter avec nous ?

Nous sommes encore en phase d'exploration de ce type de processus avec les jeunes.

Si vous souhaitez expérimenter d'autres modes d'élections, innover en matière de représentation, de démocratie locale avec les jeunes de votre école, MJ, association... faites-nous signe !

Nous serons ravis de mettre notre expérience au service de votre démocratie interne.

La bande à complots

La BAC pour "Bande À complots", c'est le nom que s'est donné le groupe de jeunes porteurs du projet.

Ce projet d'éducation aux médias vise à réagir à la diffusion des théories du complot, notamment parmi les jeunes.

 

Un jeu pour démonter les théories du complot

 

Nous avons proposé à une bande de jeunes de s'emparer de cette question.

Hicham, Abbas, Mehdi, Abderrahman et Hamza ont décidé de créer un outil de sensibilisation pour les jeunes.

Ensemble, ils mettent au point un jeu pour développer l'esprit critique de leurs pairs et les amener à mieux distinguer le vrai du faux dans les informations qu'ils sont amenés à lire, voir et entendre.

Leur objectif est de dévoiler les méthodes et rhétoriques mises en œuvre par les adeptes des théories conspirationnistes pour mieux les identifier et y réagir.

Une fois les règles fixées, le jeu sera mis en forme pour pouvoir être utilisé n'importe où (à l'école, en MJ, en famille...).

 

La BAC, un groupe autonome

 

Le groupe prend en charge ses modalités de fonctionnement autant que les orientations du projet.

Mêlant rencontres physiques et outils en ligne, ils travaillent sur ce projet depuis plusieurs semaines et nous sommes déjà impatients de voir ce qu'ils vont en faire!

On vous tient bien sûr au courant.

 

 

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles via son appel à projets « Éducation aux Médias 2017 ».

Débat des Maux

JEC, en partenariat avec le MIEC Jeunesse et ses "ambassadeurs de citoyenneté", a mené un projet sur la place des jeunes dans les médias et le monde politique.

 

La rencontre comme outil de compréhension

 

À travers ce projet, nous avons invité des jeunes à se saisir de sujets de société, à s'exprimer, échanger, débattre entre eux pour développer leur compréhension et leur positionnement critique.

Les élèves de 3 classes de 3 écoles différentes se sont rencontré-e-s autour de questions telles que "Faut-il à Rome faire comme les Romains?", "Faut-il laisser toute liberté aux médias?" ou encore "Faut-il changer le monde pour être heureux?".

Les thématiques ont émergé de plusieurs rencontres avec les jeunes.

 

Un processus complet et dense

 

En quelques semaines, les jeunes jouteurs se sont rencontrés, initiés à la joute oratoire et ont exploré des questions sociétales complexes.

Pour travailler ces thématiques, les jeunes se sont frottés à la technique des joutes oratoires entre eux, au sein de la classe.

Des rencontres inter-classes ont ensuite eu lieu afin de favoriser l'échange, la décentration et la mixité. En équipes composées d'élèves d'écoles différentes, ils ont confronté leurs arguments sur la position qui leur est imposée (pour ou contre), dans une ambiance bienveillante et ludique. Car s'il s'agit de faire entendre ses arguments, la joute oratoire mise aussi beaucoup sur l'écoute et la prise en compte des arguments de l'autre.

 

Ce parcours détonnant a amené les jeunes participants à jouter en équipe sur la scène du Cinéma Galeries le vendredi 20 octobre devant un jury composé de personnalités politiques et médiatiques.

 

Mobiliser des capacités citoyennes essentielles

 

Dans l'ensemble de ce processus, les jeunes ont pu développer de très nombreuses aptitudes: appréhension d'un sujet complexe, collaboration en équipe, décentration, construction d'un argumentaire, prise de parole en public, ...

Il s'est en outre appuyé sur l'éducation par les pairs à travers l'implication active des jeunes "ambassadeurs de citoyenneté" dans un cadre assuré par l'accompagnement professionnel des animateurs JEC et du MIEC Jeunesse.

 

invit20oct debatdesmaux

 

Ce projet est soutenu par la Cocof dans le cadre de l'appel à projets La culture a de la classe.

Harcèlement : erreur système 2.0

Dans le cadre du Festival des Libertés, les écoles et associations de jeunes sont invitées chaque année à des matinées d'animation thématiques.Les matinées scolaires du Festival des Libertés

Cette année, la thématique choisie est celle du (cyber)harcèlement.

Bruxelles Laïque propose aux jeunes de débattre de ce sujet d'actualité après avoir visionné un film / des capsules vidéos.

 

Jeune Et Citoyen, en tant que membre actif du Réseau Prévention Harcèlement a été sollicité comme intervenant pour discuter de ce sujet délicat et essentiel.

 

Concrètement, ces séances ont lieu de 9h30 à 12h30 au Théâtre National.


Le mardi 24 et le jeudi 26 octobre pour les 5e et 6e primaire


À partir de capsules vidéos qui décortiquent les différentes formes du harcèlement, nous accompagnerons les jeunes dans un processus de réflexion pour mieux comprendre ce phénomène complexe, insidieux, parfois dramatique.

Qu'est-ce que le harcèlement ? À partir de quel moment peut-on parler de harcèlement ? Qui en est responsable ? Peut-on naître victime bourreau ? Entre l'humour et la moquerie, quelles sont les limites ? Comment peut-on s'en défendre ? Ai-je un rôle à jouer ?

Ensemble, nous essaierons de dégager des pistes concrètes pour agir à la construction commune d'un bien-être individuel et collectif au sein de l'école.


Avec "Would you react".


Consultez la brochure.


Le lundi 23 et le mercredi 25 octobre pour les jeunes du secondaire

 

Avec comme point de départ le documentaire "Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou.
Marion Fraisse avait 13 ans quand elle s'est pendue, le 23 février 2013. À côté d'elle, également au bout d'une corde, comme un symbole, son téléphone portable. Et une lettre dans laquelle la jeune fille s'adresse directement à ses camarades de classe qui l'ont harcelée. Atteinte au plus profond d'elle-même par ce drame, sa mère Nora le dépasse néanmoins pour remonter le fil de ces terribles évènements et rendre justice à sa fille.

 

Dans la discussion qui s'ensuivra, nous tenterons ensemble de mieux comprendre les mécanismes de ce système complexe que constitue le harcèlement mais aussi d'identifier ses forces, ses faiblesses et ses limites. Par la
décentration et le jeu de questions/réponses, les élèves seront amenés à déconstruire leurs propres représentations et croyances concernant le phénomène du « harcèlement ».
Qu'est-ce que le harcèlement ? Le système scolaire l'alimente-t-il ? Est-il nouveau ou sa recrudescence est-elle due à la prolifération des réseaux sociaux ? Qui en sont les protagonistes? Naît-on victime ou bourreau ? Est-ce un phénomène inéluctable ? Comment l'enrayer ? Puis-je y jouer un rôle ?

 

Le mercredi 25/10: en compagnie de Bruno Humbeek, psychopédagogue, directeur de recherche au sein du service des Sciences de la famille de l'Université de Mons


Consultez la brochure.



Infos et inscriptions


Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

02/289.69.00


Inscriptions jusqu'au lundi 16 octobre

Annemarie, volontaire @ JEC

 

annemarie


Annemarie s'est installée dans les bureaux bruxellois de JEC depuis début mars.

Elle nous a contacté en mars parce qu'elle cherchait un projet auquel contribuer avant d'entamer ses études supérieures.

Nous avons donc discuté avec elle de ses attentes, de ses envies et de nos projets en cours.

Annemarie a fait partie de la team JEC jusque fin juin :-)

Nous lui avons proposé de parler un peu d'elle et de son projet de volontariat...

 

 

Je m'appelle Annemarie, je suis volontaire chez JEC.

 

Je viens d'une petite ville du nord de l'Allemagne.

Après avoir fini l'école secondaire l'été dernier, je suis venue en Belgique pour passer une année à l'étranger avant de commencer mes études à l'université en Allemagne.

J'ai étudié le français à l'école pendant sept ans et je voulais utiliser l'opportunité d'habiter à proximité de Bruxelles pour améliorer ma connaissance du français et découvrir le travail d'une asbl.

 

Annemarie nous a même concoté une petite vidéo pour parler de ce que c'est, pour elle, être volontaire chez JEC:

 


 

 

Au-delà de la volontaire polyvalente (animatrice, communicatrice, infographiste, photographe...), c'est une personne énergique, drôle et engagée que nous avons découverte!
Merci Annemarie! :-D

Un Conseil pour les jeunes Namurois-es

cjn craie bandeau

 

Jeune Et Citoyen a été mandatée par la Ville de Namur pour mettre en place un Conseil des Jeunes Namurois-es de 13 à 17 ans, domicilié-e-s dans le Grand Namur (CJN pour les intimes).

 

 

cjn modedemploi

Le CJN, c'est quoi ?

L'enjeu de ce Conseil est de proposer aux jeunes Namurois-es un espace de rencontre, de réflexion, d'expression, d'action et d'apprentissages.

Ils/elles pourront y

  • rencontrer d'autres jeunes Namurois-es
  • discuter des questions qui touchent les jeunes et défendre leur point de vue
  • interpeller les élu-e-s et leur faire des propositions
  • mener des projets pour et avec les jeunes Namurois-es.

Le schéma est aussi disponible en version présentation ici.

 

 

Lire la suite...

Nos voeux pour 2017

" Il n'y a ni petits faits dans l'humanité, ni petites feuilles dans les arbres "

 

Ce sont les mots de Victor Hugo.

 

Prenons-en de la graine pour faire mûrir l'idée d'une société démocratique.

 

Nous souhaitons que 2017 porte les fruits de l'engagement de chacun, quel que soit son âge !

 

 

voeux2017


Cette année, notre carte de voeux a été conçue par Julyana, notre stagiaire, avec le concours de sa classe de 5e (A.R. Serge Creuz) et dessinée par Ilias, jeune dessinateur.

Merci à eux ! :-)